Les cloches sonneront à Pâques....

16 novembre 2018
Article du bulletin municipal 173 qui fait suite à celui du 171

Depuis la mi-octobre, le clocher de l’église fait l’objet de travaux de restauration qui dureront jusque fin avril, mais nous entendrons les cloches sonner à Pâques !

En 2017, suite à des problèmes récurrents de fuites dans les toitures, la mairie de Courthézon a procédé à des travaux d’urgence puis à la restauration des couvertures très dégradées, autant la toiture en lauzes de la nef que les toitures en tuiles des chapelles latérales. La mise en place de l’échafaudage sur le clocher a permis de constater le diagnostic très préoccupant de la maçonnerie et de la couverture : le caniveau en couverture fuit et laisse pénétrer l’eau dans les maçonneries qui n’ont plus de mortier. Le phénomène s’est aggravé avec la végétation qui a prolifèré par l’humidité présente.
Les éléments en saillie (gargouilles, culots de voutes, …) peuvent tomber sans prévenir.

Pour la sécurité des personnes et pour sauvegarder l’ensemble des éléments existants de cet édifice classé monument historique, la municipalité a décidé d’engager ces travaux de restauration du clocher.

Une restauration en conservation
L’état sanitaire du clocher était très préoccupant. L’érosion des pierres active ont conduit à l’effacement progressif de l’architecture. Les mesures conservatoires ont permis d’assurer la sécurité du public. L’objectif de ces travaux est de conserver la matière ancienne au maximum. Seules les pierres les plus dégradées et présentant un risque pour la structure du clocher sont remplacées. Les pierres conservées sont consolidées et reminéralisées pour recréer une épaisseur de calcin.
Pour protéger efficacement les parements, des couvertines sur les parties saillantes sont créées afin de limiter les dégradations liées à l’eau : sur le parapet, les corniches et les frontons des baies. Pour pérenniser la restauration, il sera ajouté des grilles derrière les baies des cloches afin d’empêcher le nichage de volatiles, et de faciliter et sécuriser les accès pour la maintenance de la couverture et du cheneau.
La restauration permettra donc un bon compromis entre la sauvegarde de l’édifice, l’arrêt de son érosion et la conservation de la matière ancienne.
Afin d’harmoniser ce patrimoine exceptionnel, un éclairage du clocher sera mis en place par le syndicat d’électrification vauclusien.