« La Vierge Marie et les enfants »

8 décembre 2018

Hier, c’était le 8 décembre et c’était la fête de l’Immaculée conception. Mais qu’est-ce que c’est l’« immaculée conception » ? Cela veut dire que Marie a été conçue sans péché, qu’elle est pleinement et totalement sainte. On dit « Sainte Marie, priez pour nous. »

Marie est comme toutes les mamans, pleine d’amour pour son enfant. Mais, Marie, parce qu’elle est pleinement et totalement sainte, aime Jésus d’un amour unique. J’aurais aimé voir ses yeux pleins de tendresse au moment où Jésus dormait dans la mangeoire de la crèche. Et si j’avais été au pied de la croix, au moment de la mort de Jésus, j’aurais été bouleversé par la souffrance de Marie.

Marie est tellement la mère de Jésus qu’elle est aussi notre mère. Notre maman ! Avec elle, il n’y a que de la tendresse. Jamais de la sévérité !

Quand je prie le « Notre Père », la prière que nous a donnée Jésus, je le fais avec sérieux, avec application, je m’efforce de penser ce que je prononce. J’évite d’avoir la tête en l’air ! Mais, généralement, je ne le répète pas. Je dis le « Notre Père » et puis je prie autrement. Quand je prie le « Je vous salue, Marie », c’est très différent. Bien sûr, à ce moment-là aussi, j’évite d’avoir la tête en l’air. Mais, je n’hésite pas à transformer la fin de la prière - je ne fais jamais cela avec le « Notre Père » et surtout je ne prie jamais un seul « Je vous salue, Marie ». J’en dis toujours plusieurs.

Souvent je les compte ! Bien des gens utilisent un chapelet, avec des grains pour compter. Moi j’utilise mes doigts. Ca tombe bien, j’en ai dix !

Très facilement, au réveil, dès que j’ai les yeux ouverts, je dis une dizaine. Mais, très souvent, j’en dis plusieurs. J’aime bien en dire cinq. On appelle cela un « chapelet ».

Je vous avoue que je ne prie pas pour le monde entier. Je prie avec l’amour que j’ai dans mon cœur. Prier Marie, c’est prier son cœur !

Et c’est cela que je voudrais vous dire. Apprenez à prier Marie en laissant parler votre cœur. Bien sûr, dans nos cœurs, il n’y a pas que de l’amour, il y a toutes sortes de choses, les unes sont belles, les autres mauvaises. Mais, ce qui compte vraiment c’est l’amour.

L’amour, ce n’est pas abstrait. Ce n’est pas vrai que l’on prie pour le monde entier ! Sans doute on peut prier pour tous les hommes, mais, en fait, il faudrait les nommer. En tout cas, moi, je prie pour des personnes dont je connais le nom. Souvent même je répète leur nom. Quand on aime quelqu’un, son nom est pour nous une prière.

Je transforme donc la finale du « Je vous salue, Marie ». Je dis, par exemple, « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour Valentine maintenant et toujours. Amen ». Et c’est ce que nous allons faire pour Julie et Lou.

Elles sont catéchumènes, l’une et l’autre se préparent au baptême. Tout au long de leur catéchuménat nous leur transmettrons les trésors de la foi. Ce matin, nous allons leur transmettre le « Je vous salue, Marie ».

Cela va se passer ainsi. Au moment du « Je crois en Dieu », elles viendront face à vous et avec nous tous elles diront la foi des chrétiens. Et puis nous prierons pour elles. Nous dirons le « Je vous salue Marie » avec comme finale « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour Julie et pour Lou maintenant et toujours. Amen. » Je vous guiderai. Pendant ce temps, elles seront restées silencieuses. Elles seront dans l’état de recevoir ce trésor qu’est le « Je vous salue, Marie ». Puis, elles « rendront » ce qu’elles auront reçus. Toutes les deux, toutes les deux seules, diront alors le « Je vous salue, Marie » avec la finale habituelle : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen. » Et puis je leur donnerai deux cierges allumés qu’elles déposeront ensemble devant Marie et, alors, elles deux et nous tous nous diront, ensemble, un troisième « Je vous salue, Marie ».

Je conclus en disant que c’est un très grand bonheur de prier Marie, la maman de Jésus, et notre maman. Tous les jours, trouvez le moment pour la prier ! Amen.